Consulat du Burkina Faso de Nice

AFAM : Soirée Burkinabè 2008

mardi 21 août 2012


Durant l'été, une quinzaine de prêtres burkinabè séjourne dans les Alpes-Maritimes dans le cadre du jumelage interdiocésain, afin de prêter main forte dans les paroisses et permettre aux curés de prendre quelque repos.
L'AFAM a pris l'habitude d'organiser chaque année, une soirée en juillet afin de réunir ces prêtres et leurs amis.
Ce 25 juillet 2008 soir au Prado (Cannes), ce sont 9 prêtres Burkinabè, les membres de l'AFAM et les amis qui se sont retrouvés pour un dîner en plein air, constitué de ce que chacun avait amené.

 

 

 

 

Les estomacs une fois remplis ; chacun a pu se présenter. Le Père Neumann et le Père Gautheron, puis nos amis Burkinabè : abbé Jean-Charles Somé et Bernardin Somé, du Séminaire Saint Tarcisius, Abbé Ghislain Dabiré qui va reprendre des études en vue d'enseigner, abbé Léon Somé de Iolonioro, Abbé Clément Somé de Loropéni, abbé Olivier Hien de Maria Tãw et abbé Clément Dah de Pharyago, abbé Wilfried Somda étudiant en soin dentaire, et abbé Nicolas Dabiré, Curé de Gaoua.

 

 

Parmi les autres personnes, on notait une forte proportion de membres de l'AFAM, une religieuse Rwandaise, en France depuis des années, Claude Seguin de l'association Chateau-Nako, Jean-Pierre et Bertille Giorgi de Saint-Roch-Mission, les Delpierre et les Chalamon de l'association CABUSO.

 

 

 

L'abbé Nicolas Dabiré a prononcé un discours au nom de tous ses confrères présents ou absents. Il tenait à remercier de l'accueil qui était fait chaque été aux prêtres Burkinabè.
L'Eglise du diocèse de Diébougou est jeune - a-t-il rajouté - elle s'enorgueillit d'avoir le plus grand nombre de jeunes prêtres de tous les diocèses Burkinabè. Mais une Eglise jeune a besoin de s'appuyer sur un fond ancien, sur des racines ; les réalités en France sont très différentes mais chaque Burkinabè de passage trouve un enrichissement par l'histoire et le présent. Depuis 2004, l'évêché de Diébougou privilégie les séjours en France des jeunes prêtres ordonnés depuis 4 ans.
L'abbé Nicolas a émis le désir de pouvoir rencontrer plus de jeunes dans les Alpes-Maritimes, souhait rendu difficile par les vacances d'été.

 

 

 

Annie Béguin - Présidente de l'AFAM - a relayé le souhait du curé de Legmoin, de pouvoir envoyer en France des laïcs de la paroisse Burkinabè, afin que les échanges ne se déroulent pas uniquement avec des prêtres. Les contraintes budgétaires freinent actuellement ce projet qui a pourtant déjà été mené à bien en 1991.

 


Tout le monde s'est ensuite regroupé contre l'église pour les traditionnelles photos avant de tout ranger.... Cependant qu'encore quelques uns refaisaient l'histoire sous l'oeil goguenard de certains qui attendaient de pouvoir ranger les dernières chaises.

 

 

 

 

Retour à la page principale