Consulat du Burkina Faso de Nice

Bala, la mare aux hippopotames

mercredi 26 novembre 2014

BALA, la MARE aux HIPPOPOTAMES
Route de Dedougou à 60 km de Bobo Dioulasso
lieu protégé ; entrée payante
possibilité de bivouaquer sur place en saison sèche

 

 

PRESENTATION

 

La mare aux hippopotames de Bala est une biosphère au sein de la forêt classée de Satri, commune de Bala, dans la Province du Houet. Cet écosystème de mangrove de 19 200 hectares a été classé par l'UNESCO en 1977, à la suite d'un premier classement de la forêt en 1937. Il est interdit d'y chasser, d'y habiter, d'y cultiver et la seule pêche autorisée se fait avec des filets à grosses mailles (qui prennent des tilapia et des carpes).

 

 

 

 

 

 

 

Avant d'accéder à la mare aux hippopotames, le visiteur traverse la forêt classée de Satri, avec notamment un grand bois de teck et des termitières champignons.

 

 

 

La "mare aux hippopotames" est en fait un grand lac traversé par le fleuve Mouhoun, dans lequel vit une centaine d'hippopotames.
Ce lac en saison sèche mesure 3 km de long pour 700 mètres de large. Il est bordé de 1044 ha de mangroves puis de sol d'argile noire qui donne une boue collante en saison des pluies. L'eau peut alors monter jusqu'à 2,50 mètres et les hippopotames remontent le fleuve.

On note sur le lac des ilots flottants qui bougent avec le vent.

 


L'accès au lac se fait par un ponton et des pirogues fabriquées avec du cailcedrat
Des guides touristiques amènent le visiteur au milieu du lac pour observer les hippopotames

 

 

 

Un hippopotame adulte pèse 4 tonnes il mesure 3,00 mètres de long pour 1,50 mère de haut ; il peut nager sous l'eau à 8 km/heure et courir sur terre à 35 km/heure. La femelle porte un seul petit pendant 8 mois de gestation. Le "bébé" pèse 55 kg à la naissance. L'accouplement, la gestation et la naissance se font sous l'eau. Paradoxalement, l'hippopotame ne reste que 5 minutes maximum sous l'eau avant de remonter respirer à la surface.

 

Son seul prédateur est l'homme, mais contrairement à une idée reçue, l'animal n'est pas agre"ssif et préfère fuir plutôt que de charger ; sauf s'il se sent en danger. Il craint néanmoins les éléphants et les caïmans qui dévorent les petits.

Un hippopotame mange jusqu'à 40 kg d'algues par jour, qu'il trouve à profusion dans le lac.

 


1044 hectares de mangroves bordent le lac

 

 


Une centaine d'hippopotames vit dans le lac ; ils reviennent régulièrement respirer à la surface

 

 


la "salade des hippo"

 

Le lac est partiellement couvert de nombreuses variétés d'algues dont la majeure partie est mangée par les hippopotames. Parmi elles : l'Azolla Africana, a l'apparence d'une petite fougère. Elle est riche en azote ; les paysans la ramasse pour faire du compost ou bien donner à manger à la volaille.

 

Un autre végétal dont les hippopotames raffolent : le trapa natans, ou "salade des hippo". Ce végétal ressemble à un radis mais il n'est pas comestible pour l'homme.

 

 


Pique-boeuf

 

Le lac est également une réserve d'oiseaux, essentiellement migrateurs. Parmi eux les pique-boeufs mais également de nombreux oiseaux venant d'Europe : le milan noir, le balbuzar, le héron cendré, la sarcelle, le cormoran, le héron crabier.... les nombreux poissons dans le lac et insectes dans la forêt suffisent à les retenir sur place. On peut observer également des oiseaux exotiques comme le jacana (c'est un oiseau rouge qui ressemble au pique boeuf et se nourrit d'insectes).

 

La forêt de Satri compte également des éléphants, des phacochères, des hippotragues et cob de fassa.

 

 

 

EN SAVOIR PLUS

 

UNESCO : la réserve de biosphère de Bala

- La mare de Bala

- La mare de Bala bénéficiaire d'un projet d'aménagement

- La forêt galerie

 

 

(Photos : A et B Chalamon - M et R Kerverdo)