Consulat du Burkina Faso de Nice

Bazin

mercredi 10 décembre 2014

Le Bazin ou Basin est le tissu de luxe par excellence en Afrique de l'Ouest ; il peut atteindre parfois des prix très élevés.
On reconnaît ce tissu à sa raideur, son aspect brillant et le bruit caractéristique que sa raideur provoque lorsqu'une femme marche habillée de bazin.

 

Sait-on que ce tissu est européen ?

 

Le Bazin est un tissu damassé. Ses motifs sont tissés dès l'origine. Les premiers bazin viennent d'Angleterre au XVIIIème siècle où le secret de fabrication était jalousement conservé, avant d'être produit en grande quantité en france, notamment avec les entreprises de Lenoir-Dufresne. Ce tissu était alors amidonné et gauffré.
Très à la mode au XIXème siècle, on note des références d'habits en bazin chez Balzac ("une robe de chambre en basin")

 

 

 

 

 

Le mot "basin" viendrait de bombasin ou bon basin de l'italien  "bambagia" ; les marchands italiens auraient découvert cette belle soie damassée à Damas en Syrie. Repris par les anglais, les allemands, les français, les irlandais.... chacun a récupéré la technique à sa manière : entre autre en tissant le tissu avec du fil pour la trame et du coton pour la chaîne ; le tissage forme un dessin en relief. Ce damassé était rès utilisé dans le linge de maison des bonnes familles au XIXème et XXème siècle.
Actuellement encore le "basin riche" ou bazin, utilisé en Afrique de l'Ouest, est tissé en Europe. A partir de 1980, le damas chinois - de qualité nettement inférieure - a commencé à envahir l'Afrique, permettant à de nombreuses personnes plus modestes de se faire faire des boubous en bazin.

 

 

.

 

LES DIFFERENTES ETAPES

 

Le damassé est obtenu en tissant des fils fins obtenu avec le coton de qualité supérieure. Le fil est trempé dans un bain d'alcali pour le blanchir puis dans de la soude caustique pour de lui donner du gonflant.
Il est ensuite lissé à haute température et haute pression dans des cylindres souvent enduits de cire.

Le tissu est trempé dans un bain de teinture : lavé, trempé dans un bain de teinture, égoutté, retrempé... jusqu'à botenir la couleur souhaitée (plus il y a de trempages, plus la couleur est foncée). Le bazin le plus cher est teint avec de l'indigo

Traditionnellement, le tissu damassé est trempé dans de la gomme arabique pour lui donner son côté brillant et raide.
Le bazin n'est pas repassé mais frappé sur un billot de bois ce qui lui donne son brillant et sa raideur ; cela a occasionné un nouveau métier : "tapeurs de bazin".
Le costume perd de son brillant au fur et à mesure des lavages, il faut alors le retremper dans de la gomme arabique avant de le taper à nouveau.

 

 

 

Photos : Annelise Chalamon