Consulat du Burkina Faso de Nice

Grande Mosquée de Bobo Dioulasso

jeudi 29 mai 2014

 

 

 

LA GRANDE MOSQUEE DE BOBO DIOULASSO

 

La Grande Mosquée de Bobo Dioulasso est le plus ancien monument du Burkina Faso actuellement en fonction. Elle pratique un islam sunnite.


Le bâtiment est construit en latérite, argile et beurre de karité suivant une architecture de type soudanais. Sa construction, dirigée par Almany Sidiki,  a débuté en 1870 et a duré 10 ans. Son bon état général est dû à un entretien très régulier.

 

Construite au bord du quartier historique de Bobo - Dioulassoba - elle arbore deux grands minarets et 65 piliers de soutènement  ; elle est organisée en couloirs qui se croisent, formant un véritable damier. Les couloirs sont étroits et soutenus par 42 piliers carrés.

Elle est organisée en 3 parties bien distinctes : dehors sous un auvent, seules les jeunes femmes ou jeunes filles se réunissent pour prier.
A l'intérieur, les deux premiers couloirs sont réservés aux femmes âgées qui ont terminé les maternités ou bien sont allées à la Mecque. A l'origine les femmes n'avaient pas le droit d'entrer dans la Mosquée, avec le temps les deux premières travées leur ont été dévolues.

Les 7 travées suivantes sont réservées aux hommes avec la rangée du fond réservée aux hommes les plus importants qui sont présents pour aider l'Imam.
L'ensemble de la partie ancienne de la Grande Mosquée peut contenir plus de 800 personnes.

 

Aménagée contre le mur, une alvéole " le Mihrab" est la place réservée pour l'Imam pour les cinq prières. Le "Mimba" (sorte de petite niche) est l'endroit où l'Imam va prêcher et se trouve toujours à droite du Mihrab.

 

Les saisons de pluies abîment les revêtements et les toitures, obligeant à des réfections annuelles. L'intérieur est repeint à la chaux tous les 5 ans.
L'étroitesse des couloirs est due à la taille des bois nécessaires à la toiture, forçant à cette organisation en travées. A l'origine les toitures étaient faites de bois de teck, maintenant le choix se porte sur n'importe quelle essence d'arbres.

 

SUR LA TERRASSE

 

Les deux minarets principaux abritent des chambres (une par étage) qui servent aux personnes qui veulent faire une retraite.
Réservées à l'origine aux Imams, ces chambres - 4 chambres pour les femmes dans un minaret et 5 chambres pour les hommes dans l'autre minaret - sont ouvertes à tous. Cette retraite doit obligatoirement se faire en silence et en solitaire. La famille amène le repas au retraitant. Ces quelques jours de retraites s'organisent tout au long de l'année, avec un pic de fréquentation durant le Ramadan.

Tous les minarets sont hérissés de bois - comme toute architecture soudanaise - qui servent uniquement d'échaffaudage lorsqu'il faut réparer. Lorsqu'un de ces morceaux de bois doit être remplacé, il suffit de le tirer et le remplacer. Ces bois ne sont en effet pas cimentés mais simplement fichés dans le mur.

 

La Mosquée est couverte d'une terrasse plate, sur laquelle on peut suivre l'architecture intérieure à travers les boudins de terre qui rythment l'espace.
Des trous d'aération sont placés de manière régulière avec un clochetons en terre cuite pour les recouvrir en cas de pluie. Chaque clocheton est unique et  présente chacun une sourate différente en relief .

 

C'est par cette terrasse que le plafond de la mosquée est réparé : il s'agit d'enlever la couche d'argile et de ciment, arracher les morceaux de bois qui soutiennent et forment le plafond d'une travée et les remplacer par un tronc neuf que l'on va colmater avec de l'argile, de la latérite et du beurre de karité comme liant.

 

C'est du coin de cette terrasse que retentit l'appel du Muezzin. Longtemps l'appel a été fait par un homme, il est maintenant enregistré et diffusé grâce à l'électricité qui - malheureusement - montre des fils électriques installés un peu n'importe comment.

 

 A L'EXTERIEUR

 

Autour de la Grande Mosquée, une grande place entoure le bâtiment sur laquelle deux grandes citernes d'eau ont été installées pour les ablutions obligatoires avant toute prière ; une citerne pour les hommes et une citerne pour les femmes.

 

Un grand hangar a été construit sur un des côtés de la place, pour permettre d'abriter tous les fidèles qui ne peuvent rentrer dans la mosquée lors de la grande prière du vendredi.

 

Il est possible de visiter la grande Mosquée (sauf le vendredi, jour de grande prière). L'entrée est payante et sert à financer les réfections régulières du bâtiment.
Un certain nombre de règles sont à suivre : enlever ses chaussures et ne pas prendre de photos de fidèles en train de prier.
Un guide - attaché à la Mosquée - est dévolu à la visite, il connait bien le monument et a l'habitude d'accueillir les touristes.

 


Vue extérieure de la Grande Mosquée... après avoir effacé tous les fils électriques..

 


Les 65 piliers de soutènement ou contreforts, nécessaires pour tenir les travées.

 


Les morceaux de bois sont aisés à remplacer,
ils servent d'échaffaudage pour les réparations

 

INTERIEUR

 

9 couloirs qui se croisent : 7 pour les hommes et 2 pour les femmes

 


45 piliers carrés pour soutenir le plafond avec des travées étroites
par manque de tronc de grande taille

 


Le Mimba

 

 

 

SUR LE TOIT

 


L'escalier dans le minaret qui monte sur la terrasse
A droite une des chambres pour faire retraite
 


Aperçu de la terrasse  avec un découpage suivant les travées
 


Les trous d'aération et le clocheton pour fermer en cas de pluie :
on remarque les sourates en relief sur chaque clocheton

 


Vue d'ensemble des travées et des clochetons,
encadré des deux grands minarets et des 65 piliers extérieurs
C'est de cette terrasse que se répare le plafond du monument.

 

 

EN SAVOIR PLUS

 

- Mosquée de Dioulassoba (août 2010)

 

(Photos : A et B Chalamon)