Consulat du Burkina Faso de Nice

Les droits de l'enfant

mardi 24 janvier 2017

Comme chaque être humain, l'enfant a des droits qui sont souvent difficiles à faire reconnaître : tout le monde a rencontré des enfants mendiants ou des enfants qui travaillent à un âge où d'autres sont à l'école.
Le gouvernement burkinabè (et plus particulièrement le ministère de l'Action Sociale et de la Solidarité Nationale - MASSN) se préoccupe depuis très longtemps de ces problèmes. Il prend appui sur des associations burkinabè et des ONG internationales (UNICEF, Save the Children, Plan Burkina, Fonds Enfants, CREDO...).

 

Les enfants et les adolescents sont les premières victimes de la violence sous diverses formes : pratique de l'excision, du mariage précoce ou forcé, exploitation économique et sexuelle..... L'Etat burkinabè - comme beaucoup d'autres pays - a signé la convention des Droits de l'Enfant (voir plus bas dans les documents annexes) mais leur application se heurte à de nombreuses réalités : la pauvreté de la majorité de la population, la méconnaissance de la loi, le nombre insuffisant de propositions éducatives (écoles, formations).
Un obstacle majeur réside dans le fait de plusieurs millions d'enfants burkinabè n'existent pas juridiquement car non déclarés à la naissance et non titulaires d'acte de naissance. Cette inexistance les exclut du système : ils ne peuvent s'inscrire à l'école, ni passer des examens, ni compter dans les statistiques nationales, ni bénéficier des services sociaux et médicaux.

 

Les différents partenaires ont développé de nouvelles stratégies contre le trafic des enfants, la délinquande juvénile, l'accès aux soins des enfants, la scolarisation des filles et l'accès à l'eau potable, la lutte contre le travail précoce.
Sur le plan juridique les projets développent trois aspects :
- création d'un numéro de téléphone pour les enfants en détresse
- création de tribunaux pour enfants à Ouagadougou et Bobo Dioulasso
- promotion pour l'enregistrement systématique de tous els efnats à l'état civil.

Initiative originale ; il existe au Burkina un " Parlement des Enfants " soit 126 jeunes (63 filles et 63 garçons) originaires de tout le pays. Ils se réunissent pour des sessions de travail et de réflexion sur les droits de l'enfant.
La session 2009 a porté sur la violence faite aux enfants. (voir plus bas).

Par ailleurs de nombreuses associations burkinabè se dévelopent afin de promouvoir l'éducation de l'enfant ; leurs actions passent par une sensibilisationen ville et en brousse (conférence, théâtre de brousse..).

 


2009 : L'association ASA, les enseignants du primaire et le conférencier, école Zogona B
2007, conférence sur les Droits et Devoirs de l'Enfant , école Zongona A

 

EN SAVOIR PLUS

 

- Le mariage des enfants : un phénomène grandissant dans les Hauts Bassins

- Privé d'enfance pour du chocolat

- 26ème anniversaire de la Cpnvention relative aux droits de l'enfant

 

 

Article réalisé grâce à l'aide de l'ASA
Association Soutien Africain
09 BP 1101 Ouagadougou 09
Président : Traoré Vla Sylvain
cell. 00 226 76 06 06 65
cell. 00 226 70 01 19 23
Mail : ASAO04@yahoo.fr
Association de soutien aux enfants et jeunes en difficulté
Interview sur lefaso.net

Enfance Scolaire et protection de l'environnement

7ème Edition du cyclisme scolaire

8ème édition du Tour cycliste des écoles primaires mai 2015

9ème édition course cycliste juin 2016

 

DOCUMENTS ANNEXES

 

- 25 ans de Droits de l'Enfant

Charte des droits de l'Enfant, 1959

- Charte africaine du droit et du bien-être de l'enfant

- Récapitulatif des droits et lois protectrices des enfants

- Rapport de la session parlementaire du parlement des enfants 2009

- 2003 : élection du premier président des enfants

- Médias Jeunesse Développement

- Site des Droits de l'Enfant