Consulat du Burkina Faso de Nice

Eau : lexique et définitions

dimanche 27 octobre 2013

           

             LEXIQUES ET DEFINITIONS

 

 

 

 

ACRONYMES UTILISES AU BURKINA FASO

 

  • AUE : Association des Usagers de l'Eau (anciens Comités de Gestion)
  • CNeau : Conseil National de l'Eau
  • CTE : Comité Technique de l'Eau
  • DEIE : Direction des Etudes et de l'Information sur l'Eau
  • DGCM : Direction Générale du Cadastre Minier
  • DGRE : Direction Générale des ressources en Eau
  • DRAH : Direction Régionale de l'Agriculture et de l'Hydraulique
  • GIRE : Gestion Intégrée des Ressources en Eau
  • INOH : Inventaire Nationale des Ouvrages Hydrauliques
  • MAHRH  : Ministère de l'Agriculture et de l'Hydraulique et des ressources Halieutiques
  • ONEA : Office National de l'Eau et de l'Assainissement
  • PEM : Point d'Eau Moderne  (forage équipé de pompe  manuelle ou puits moderne permanent)
  • PEEN : Programme Eau et Environnement du Nord
  • PMH : Pompe à Motricité Humaine
  • PN-AEPA : Programme National d'Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement

 

 

MATERIEL POUR CONDUITE D'EAU

 

 

Généralités

 

Le captage. L'eau captée à l'état naturel peut avoir diverses origines : cours d'eau, plan d'eau, sources ou nappes souterraines etc...

 

Une fois l'eau à disposition, plusieurs choix s'imposent. on consomme sur place, ce qui a obligé les peuples anciens à se déplacer comme les animaux aux points d'eau exploitables.  quand c'est possible ; on s'installe à proximité (beaucoup de cités actuelles ont été bâties à leur origine sur cette logique). Rapidement certains hommes se sont attelés à amener l'eau à l'habitat, soit en la transportant à l'aide de récipents (toujours d'actualité), soit en la canalisant.

 

Les premières réalisations étaient de simples rigoles creusées dans le sol où l'eau s'écoule gravitèrement.  Depuis les systèmes d'adductions d'eau  se sont développés, améliorés, modernisés,  mais le grand principe perdure : l'eau dans la plupart des cas circule gravitèrement.

 

Les premières canalisations étaient en bois creusé, en bambou, en assemblage de  pierres étanchées avec les moyens de l'époque : on utilise ce qu'on a sous la main et au besoin on l'adapte.
ensuite, les besoins grandissant, on commença à travailler la terre cuite et à l'assembler comme les pierres taillées puis furent créées les premières canalisations tubulaires en bambou, bois creusé, terre cuite ; le tube était né !

 

Rapidement on créa les premiers tubes en cuivre et notamment à l'époque romaine fut créé le tube en plomb. Désormais l'eau pénétrait directement dans l'habitat.

 

 

Parallèlement, en amont, les grands ouvrages d'adduction d'eau se généralisaient, les canaux se développaient et les aqueducs transportaient l'eau sur de grandes distances : on entrait dans l'ère moderne !
Avec le tube, il fallut créer les moyens de raccordement et les moyens de gestion de l'eau et donc la robinetterie.

 

Voici donc les définition des tubes, des raccords et de la robinetterie

 

 


Tronc évidé pour transporter l'eau

 

 

LES TUBES MODERNES

 

Le tuyau en plomb

 

Il a donné son nom au métier de plombier dans la langue française comme dans d'autres langues. Il existe depuis l'époque romaine ; il s'est développé et amélioré jusqu'à une époque récente.
C'est dans les années 1980 qu'il a été progressivement abandonné, son usage se limitant aux petites évacuations  dans l'habitat.
Ses mesures étaient soit métriques soit en pouces suivant le pays d'utilisation. L'épaisseur variait en fonction de la pression.
L'assemblage se fait uniquement par soudure à l'étain à basse température ou à l'autogène plomb.
Le plomb a la particularité d'avoir une très faible oxydation qui ne nuit pas à sa longévité, mais il finit par se désagréger (travail de sa structure moléculaire). Par contre l'absorption de fines particules de plomb développe chez l'homme le saturnisme et il est proscrit dans son usage d'alimentation en eau potable. Le tube de plomb est entièrement recyclable.

 

Il existe sous deux formes principales : soit en barres de 2 mètres de long dans tous les diamètres, soit en couronnes de différentes longueurs limitées au diamètre 42.

 

 

Le tube en cuivre

 

C'est un des tubes primitifs, rapidement remplacé par le tuyau en plomb. Il a bénéficié du développement des technologies de fabrication modernes pour faire son grand retour dans les années soixante.
Tube de grande qualité, il a la particularité de résister à de fortes pressions sous une faible épaisseur ; jusqu'à un diamètre de 63 millimètre, il n'a qu'un millimètre d'épaisseur et cela pour des pressions de plusieurs bars.

Ses mesures sont soit métriques soit en pouces en fonction des pays d'utilisation.  Son assemblage se fait par soudure capillaire à l'étain à basse température, par brasure capillaire forte à haute température, par raccord mécanique et aujourd'hui par sertissage.

Le cuivre développe une oxydation qui la particularité de le protéger des agressions extérieures. Il a également un fort pouvoir antibactérien, ce qui en fait un tube particulièrement adapté à la distribution d'eau potable. Le tube en cuivre est entièrement recyclable.

 

Il existe sous deux formes principales ; soit en barres rigides de 6 mètres de long dans tous les diamètres appelées tubes cuivres écroui, il nécessite d'être préalablement recuit (porté au rouge au chalumeau et refroidi)  pour être travaillé, soit en couronnes de différentes longueurs (10m, 35m, 50m) limitées au diamètre 22 appelées tubes en cuivre recuit, et de ce fait il est directement employable.

 

 


En haut : tube en cuivre écroui
ici : cuivre en couronne recuit

 

 

Le tube en fonte

 

D'un usage relativement récent, il est utilisé le plus souvent en distribution publique depuis plus de quatre siècles. Ses mesures sont soit métriques soit en pouces en fonction des pays d'utilisation.
Son assemblage se faisait par emboitement avec joint en charpie de plomb matée, aujourd'hui par joint en élastomère.
La fonte se corrode mais de part ses qualités et son épaisseur, sa durée de vie est importante ; de plus, les protections modernes tant extérieures qu'intérieures la rende particulièrement fiable. Inconvénient : elle n'a aucune souplesse et peut se briser lors de mouvements de terrain.
Le tube en fonte est entièrement recyclable.

 

 


En 1664, le roi Louis XIV a fait construire un réseau de tuyaux en fonte grise pour transporter l'eau de la station de pompage de Marly-sur-Seine, aux fontaines et à la ville de Versailles. Ces tuyaux ont été en service pendant plus de 330 ans.....

 

 

Le tube en acier

 

 

Très peu utilisé en distribution d'eau, de par ses piètres résistances à la corrosion,  ses mesures sont en pouce. Son épaisseur et son mode de fabrication vont varier en fonction de son utilisation. On parle alors de "tarif" ; exemple : le "tarif 1" est un tube assemblé par soudure longitudinale - filetable ou soudable - .
Le "tarif 10" est un tube fin étiré assemblé uniquement par soudure.


Sa pression d'utilisation varie en fonction de son mode de fabrication, de son épaisseur et de son diamètre ; elle est en moyenne de 25 bars.  Le tube en acier est entièrement recyclable.

Il est conditionné principalement en barres de 6,42 m.

 

 

Le tube en acier galvanisé  est un tube très longtemps utilisé dans la distribution d'eau.

Dérivé du tube en acier, il en reprend une partie des caractéristiques. Il reçoit un revêtement par galvanisation, tant intérieur qu'extérieur  qui le rend bien moins sensible à la corrosion.
Ses mesures sont en pouces.
Son assemblage se fait par filetage   et joint sur le filet, pou par brasure.
Sa pression d'utilisation varie en fonction de son mode de fabrication, de son épaisseur et de son diamètre ; elle est en moyenne de 25 bars.
Ce tube est sensible à l'électrolyse et son emploi tend à se réduire. Le tube en acier galvanisé est entièrement recyclable.

Il est conditionné principalement en barres de 6,42 m.

 

 

Le tube en PVC pression

 

 

Le tube en polychlorure de vinyle est un tube moderne. Ses mesures sont soit métriques soit en pouces suivant le pays d'utilisation. Son assemblage se fait soit par soudure à froid (en réalité : un collage fait à base de colle et de solvant qui va fondre légèrement les deux parties à assembler, qui seront alors réellement soudées), soit par emboitement et joint élastomère.
Tube totalement insensible à la corrosion, limité en température d'utilisation à 25° ; il est cantonné à la distribution d'eau froide.


Il n'aime pas les contraintes mécaniques et peut être cassant.  Pour les usages courants, il existe en pression 16 bars et 25 bars. Le tube pvc est entièrement recyclable.

Il est conditionné principalement en barres de 6 mètres.

 

 

 

 

 

Le tube en PVC pression chaleur (ou PVC-C ou C-PVC ou HTA)

 

 

Le tube en polychlorure de vinyle est un tube moderne. Ses mesures sont soit métriques soit en pouces suivant le pays d'utilisation.
Son assemblage se fait soit par soudure à froid (en réalité : un collage fait à base de colle et de solvant qui va fondre légèrement les deux parties à assembler, qui seront alors réellement soudées).
Tube totalement insensible à la corrosion, limité en température d'utilisation à 50° avec pointe à 65°, il est limité à la distribution d'eau chaude à température limitée.
Il n'aime pas les contraintes mécaniques et peut être cassant. Pour les usages courants, il existe en pression 16 bars et 25 bars. Le tube pvc est entièrement recyclable.

Il est conditionné principalement en barres de 6 mètres.

 

 

 

Le tube en polyéthylène ou PE

 

 

Le tube en polyéthylène est un tube moderne. Ses mesures sont métriques. Son assemblage se fait par raccord à compression, par raccord électro-soudable, par soudure bout à bout, par sertissage.


Ce tube est totalement insensible à la corrosion, limité en température d'utilisation à 50° avec pointe à 65°. Tube extrêmement souple, il se craint pas les contraintes mécaniques.
Pour les usages courants, il existe en pression 4 bars, 6 bars, 10 bars, 12,5 bars, 16 et 25 bars.  Il existe en basse densité (BD)  ou en haute densité (HD). Le tube PE est entièrement recyclable.

 

Il est conditionné principalement en couronne de 25 mètres, 50 mètres et 100 mètres jusqu'au diamètre 110 ; ou en barre de 4 mètres.

 

 


Tube PE bande bleue pour l'eau potable

 

 

Le tube en polyéthylène réticulé ou PER

 

 

Le tube en polyéthylène est un tube moderne. Ses mesures sont métriques et limitées aux 13, 16 et 20 mm. Son assemblage se fait par raccord à compression ou par sertissage.
Ce tube est totalement insensible à la corrosion, limité en température d'utilisation à 6 bars en installation sanitaire à 60° et 4 bars en circuit chauffage à 90°.
Tube extrêmement souple, il ne craint pas les contraintes mécaniques. Le tube PER est entièrement recyclable.

 

Il est conditionné principalement en couronne de 25, 50 et 100 mètres.

 

 

 

 

 

Le tube PEX ou multicouche

 

 

Le tube PEX est un tube moderne, parmi les derniers nés. Ses mesures sont métriques et limitées aux 13, 16, 20, 25, 32 et 40 mm.  Il est composé de trois couches : une première composée de polyéthylène réticulé, une seconde composée d'aluminium,  et une troisième de polyéthylène. 
Son assemblage se fait par raccord à compression ou par sertissage.  Ce tube est totalement insensible à la corrosion, limité en température d'utilisation à 6 bars en installation sanitaire à 60° et 4 bars en circuit chauffage à 90°.
Tube extrêmement souple, il ne craint pas les contraintes mécaniques. Le tube PEX est entièrement recyclable.

 

Il est conditionné principalement en couronne de 25, 50 et 100 mètres

 

 

 

LA ROBINETTERIE

 

 

Comme le tube, la robinetterie a évolué au fil du temps ; voici quelques exemples et leurs applications.

 

 

 

Robinet d'arrêt en laiton taraudé
fermeture à clapet
 

il sert à isoler un circuit

 

 

 

 

 

 


A gauche : Vanne à boisseau en laiton taraudé, sert à isoler un circuit de chauffage principalement.
A droite : vanne d'arrêt en laiton taraudé, dite à bille ou à boisseau sphéroconique.
elle sert à isoler un circuit.

 

 

 


 

Vanne d'arrêt PVC pression à coller
dite à bille ou à boisseau sphéroconique
Elle sert à isoler un circuit

 

 

 

 

 

 

 


A gauche : robinet de puisage en laiton, tête à clapet à potence
A droite : robinet de puisage en laiton, tête à clapet à potence et raccord au nez

 

 

 

 


Robinet de puisage en laiton, tête à clapet, cache entrée et raccord au nez.
Sa clé de manipulation permet d'en limiter l'accès.

 

 

 

 

 

 

Vanne de puisage en laiton
dite à bille ou à boisseau sphéroconique
et raccord au nez.

 

 

 

 

 

 

(Photos : A. Chalamon - JC Lerda
Définition : JC Lerda
)

 

 

Retour à la page principale