Consulat du Burkina Faso de Nice

Les instruments membranophones

jeudi 30 août 2012

Les instruments membranophones sont des instruments de musique dont le son est obtenu en frappant une membrane (en l'occurence une peau tendue sur un cadre). On y trouve tous les tambours, djembé, bendré... présents dans toute l'Afrique de l'Ouest. C'est la famille d'instruments de musique la plus nombreuse.
Des instruments identiques existent dans plusieurs ethnies différentes, mais suivant les ethnies, ils peuvent totalement changer de fonction.

 

 

Parmi les instruments à percussion membranophones, on rencontre le bendré (appelé également le " tambour-calebasse "), c'était un instrument de cour chez les moosé, il servait à rythmer les actes officiels de la cour. Il est formé d'une grosse calebasse recouverte d'une .peau d'animal et cerclé de lanières

 

 

 

 

 

 

D'une manière générale, le bendré est affilié au chef :
il sert à appeler le chef ou bien à parler de sa généalogie.
Certains bendré possèdent des sonnailles en fer sous la calebasse.

 

 

 

 

Ce bendré " Rabingo " est insolite, il est fabriqué avec de la terre cuite, peau et argile crue. La peau de chèvre (non tannée) est fixée avec l'argile. Ce tambour a une fonction ludique et servait pendant les cérémonies coutumières (Basga) dont la fête des moissons. Il était joué par les hommes cependant que les femmes dansaient le kigba.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Bérenté, tambour de danse de l'ethnie Gan. Il se joue à la main
et servait aux réjouissances, aux funérailles et à l'intronisation du roi.
(hauteur : 63 cm). A droite, son cousin germain le Minige provient
également le l'ethnie Gan (Obiré - Province du Poni).
Il est composé de bois, peau, fer et cauris pour la décoration. Il est fait de 128 cm et se joue non pas à la main mais avec deux morceaux de bois recourbés.

 

 

 


Autre famille de tambour : le djembé.
Tambour en bois et peau, il comporte de
nombreuses variantes.

 


Gangango, tambourin de l'ethnie Yana (provenance de Koulpelogo).
Il est fabriqué avec du bois et une peau de chèvre, on en joue d'un seul côté avec l'aide d'un bois recourbé (hauteur : 38 cm). A droite : certains tambours se jouent, coincés sous le bras : on les appelle les " tambours d'aisselle ".
Ici il s'agit d'un Eguan, de l'ethnie Nuni (provenance de Zawara, province du Sanguié).

 

 

 


Toujours des tambours d'aisselle, ces tambours accompagnent les danses Boumon, Fro et Dalo.
Ici l'instrument provient de l'ethnie Bobo.

 

 

 


La famille des Godolo est une catégorie de tambours longs, rouges, qui ont chacun une sonorité différente (aigüe, moyenne, basse). Ils mesurent entre 34 cm (le plus petit, le 3ème tambour) jusqu'à 126 cm pour le premier tambour. Issus de l'ethnie Nuni (provenance du Sanguié), ils annoncent la sortie des masques, ils servent aux funérailles et à la danse du Gro.

 

 

.
Ces deux photos montrent des Palandans de l'ethnie Bobo (provenance Tendogosso),
on peut le considérer comme l'ancêtre du Djembé. Haut de 65 cm environ,
il servait pour accompagner le Dendensa, les funérailles.

 

 

 

Ce tambourin mesure 40 cm de long,
il vient du pays Lobi de l'ethnie Dagara.
Il est fabriqué de bois et de peau.

 

 

 

 

 

 

 

 

VOIR SUR CE SITE :


  1. Présentation générale des instruments de musique
  2. Les membranophones
  3. Les idiophones
  4. Les aérophones
  5. Les cordophones

 

Toutes les photos ont été prises - à quelques exceptions faites - au Musée de la Musique de Ouagadougou, avec l'aimable permission du Ministère de la Culture