Consulat du Burkina Faso de Nice

Mogho-Naba

vendredi 28 novembre 2014

LE MOGHO-NABA 

 

 

Le Mogho Naba (ou Moogo Naaba, Morho Nabaou, Moro Naaba........ ) est le titre de l'empereur de l'ethnie des Mosse à Ouagadougou et de l'Oubritenga.

Dans l'histoire des Mosse, le Mogho Naba est très vénéré (c'est encore actuellement le cas) et considéré comme l'égal du soleil. 

La dynastie des Mosse a été fondée - suivant la coutume - au XIIIème siècle par  Ouedraogo, fils de la princesse Yennenga et du chasseur Rialé.

 

Son petit-fils, Oubri, est devenu le premier Mogho-Naba de Ouagadougou, ville qu'il a fondée (wogdogo, "le lieu où on vous témoigne du respect"). 
Dans la tradition, le Mogho Naba a droit de vie et de mort sur les habitants de Ouagadougou et de l'Oubritenga, mais dans la réalité, le Mogho Naba est soumis à la coutume. Il règne sur l'Empire des Mosse de la capitale avec prépondérance sur les autres Naaba mais ce sont ses ministres qui gouvernent et prennent toutes les décisions.

 

 


Le Mogho Naba Baongo II (il règne depuis 1982), photo de 2012 et 2014

 

Le Mogho Naba de Ouagadougou n'a aucune autorité sur les royaumes de Tenkodogo, Fada N'Gourma, Ouahigouya, et Boussouna, tous descendants de Ouedraogo, fils de la princesse Yennenga.  Jusqu'en 1947 : ces Naaba n'avaient pas le droit de se rencontrer, ayant été longtemps ennemis. Actuellement, l'interdit est levé et ces Naba se rencontrent souvent.

 

LA MULTIPLICATION DES ROYAUMES

 

Tout va commencer avec Ouedraogo (ou Ouidiraogo), fils de la princesse guerrière Yennega (fille du roi Nedega, royaume de Mampursi, avec Gambaga comme capitale, situé dans l'actuel Ghana) et du chasseur Rialé.

 

- Ouedraogo va quitter Gambaga pour se tailler un royaume un peu plus au nord à Tenkodogo ("vieille terre") où il va fonder une nouvelle dynastie.

 

- Son fils Zoungrana va lui succéder sur le trône de Tenkodogo

 

- Un autre fils - Rawa - est parti plus au nord pour fonder le royaume de Zondoma (qui sera plus tard intégré au Royaume du Yatenga).

 

- Un autre fils - ou cousin ? - Diaba Lompo, est parti à l'Est fonder à Pama, le royaume du Gourma.

 

- Oubri, fils de Zoungrana, va conquérir l'Ouest de Tenkodogo et fonder le royaume de l'Oubritenga ("Terre d'Oubri"), sur des terres déjà occupées par les Yonyoosé (ou Nyonnyonsé) et les Gourounsi qui seront intégrés petit à petit à la culture des Mosse. Leur capitale s'appelait Kombentinga ("Terre des guerriers") qui sera rebaptisée Wogdo ("témoigner du respect") qui deviendra Ouagadougou. Ce royaume a la prééminence sur les autres Mosse. L'empereur prend alors le nom de Mogho Naba (" le naba - roi - des Mosse")

 

- Un dernier royaume va se créer au XVIème siècle dans le Nord du Burkina Faso : le royaume du Yatenga (terre de Yadega) qui serait le frère jumeau de Koumdoumyé (petit fils d'Oubri) lequel  l'avait évincé du royaume de l'Oubritenga.
Yadéga, aidé de sa soeur Pabré, s'est emparée des insignes du pouvoir de la dynastie d'Oubri avant de fuir vers le Nord fonder le royaume à Ouahigouya ("venez vous prosterner devant moi").  (NB : la cérémonie du faux départ du Mogho Naba chaque vendredi à Ouagadougou, est parti de ce vol des insignes royaux ; voir ci-dessous).

 

CEREMONIE DU FAUX DEPART

 

Tous les vendredis matin, vers 7h00, devant le Palais du Mogho Naba à Ouagadougou, une étrange cérémonie rassemble de nombreux touristes mais aussi des élèves, des habitués, des curieux : c'est le Nabayious Gou ("le faux départ de l'empereur pour la guerre").

Les ministres du Mogho arrivent en boubous colorés, ils se saluent et prennent leur place habituelle en s'asseyant sur le sol. Un cheval noir harnaché de rouge (couleur de la guerre) sort du palais et attend. Le Mogho Naba sort du palais en tenue de guerre (rouge), prêt à partir à cheval. Les ministres et ses femmes touchent alors la selle pour l'empêcher de partir.

Le Mogho Naba rentre se changer et réapparaît en blanc, couleur de la paix pendant que son cheval est rentré et dessellé. Le canon sonne pour célébrer la paix.

 

Cette cérémonie se déroule tous les vendredis depuis plusieurs siècles. Elle fait référence à plusieurs légendes mais la plus plausible tient sa source au XVIème siècle lors de la création du Royaume du Yatenga. 


A la mort du Naba Gningnemdo ; les notables écartèrent du trône le fils aîné - Yadega - connu pour sa cruauté. Furieux de voir son frère Koundoumié devenir Naba à sa place, Yadega leva une armée pour marcher sur Ouagadougou. La reine mère, prévenue, réussit à le bloquer à l'entrée de la ville et le raisonner. Gardienne des fétiches royaux, elle les avait subtilisés et confiés à Pabré, soeur de Yadega en vue de lui donner secrètement. Yadega prit les fétiches et repartit pour Ouahigouya. Le lieu de l'échange porte encore le nom de Pabré.

Le Naba Koundoumié, apprenant le vol des insignes royaux, décida de lever une armée et marcher contre son frère. Ses Ministres et ses femmes le supplièrent de renoncer à cette guerre vouée à l'échec ; Yadega étant rompu à l'art de la guerre. Le Naba Koudoumié fit entendre l'appel de la paix et de la sagesse. C'est ce geste qui est commémoré chaque vendredi.

 

LA COUR DU MOGHO NABA

 

Le Mogho Naba règne à vie. A son décès, son successeur est choisi par les dignitaires parmi ses descendants. En principe, c'est le fils aîné qui succède s'il en est digne (Nabikeega : "le fils du Na").

Le Mogho-Naba est entouré de 16 ministres chargés d'exécuter les décisions. Ils sont souvent d'origine modeste, choisis par le Mogho Naba pour leur sens du service et de la tradition. Ils vivent à la cour et certains sont mêmes captifs.

Le Mogho-Naba est le garant de la tradition. Il est le chef incontesté de l'administration, de l'armée et de la justice et percepteur des impôts et taxes.
L'Empire est divisé en royaumes puis en provinces, elles-mêmes divisées en fiefs comportant plusieurs villages.

Le Mogho-Naba est aidé par un conseil de plusieurs membres : 
 

- Le Tansoba : c'est le personnage le plus important après le Mogho Naba. Chef de guerre, il ne réside pas à Ouagadougou. En cas de défaite sur le champ de bataille, il doit se suicider.

 

- Le Ouidi Naba : chef de la cavalerie

 

- Le Goungha Naba : chef de l'infanterie

 

- Le Baloum Naba : sorte de ministre de l'intérieur, c'est l'intendant, gestionnaire de la bonne marche du Palais et le porte parole du Mogho-Naba.

 

- Le Larlé Naba : chef des tombes royales. Il est surtout le responsable de la Coutume.

 

- Le Kamsonghin Naba. Responsable des eunuques, il est chargé du harem et de l'éxécution des Hautes oeuvres.

 

- Le Dapoya Naba : chef de la sécurité

 

- Le Poé Naba. sorte de "Confesseur" ou chef des prêtres

 

LA DYNASTIE DES MOGHO NABA

 

La dynastie qui suit est celle - suivant la tradition -  établie par les griots de la cour impériale. Néanmoins des recherches plus récentes mettraient le roi Nedega, père de la princesse Yennenga vers 1400. Les trois premiers Naba se situeraient alors au XVème siècle. L'ordre des Naba ci-dessous est considéré comme juste excepté les dates qu'il faudrait rajeunir de 350 ans.
 

 

- ? - 1132 - Fondateur de la dynastie : Naba Ouedraogo (fils de la princesse Yennenga et du chasseur Rialé)

- 1132 - 1182 : Naba Zoungrana - Fils de Ouedraogo

- 1182 - 1244 - Naba Oubri - Fils de Zoungrana

- 1244 - 1286 - Naba Naskiemdé - Fils d'Oubri et Pougsada

- 1286 - 1307 - Naba Nasbiré - Fils d'Oubri et Narimtoré

- 1307 - 1323 - Naba Soarba - Fils de Nasbiré et Pougkiendiga

- 1323 - 1337 - Naba Gningnemdo "Moi et mon sang" - Issu d'un inceste entre Soarba et Yermongo, une de ses filles

- 1338 - 1358 - Naba Koundoumiè - Fils de Gninemdo et Tablada

- 1358 - 1401 - Naba Kouda - Fils de Koundoumiè et Pabré

- 1401 - 1409 - Naba Danwegma (ou Dawingma) - Fils de Kouda et Pilasongo

- 1409 - 1441 - Naba Zoetre Bousma - Fils de Kouda et Tempoko

- 1441 - 1511 - Naba Niandfo - Fils de Zoetre Bousma et Nakoum

- 1511 - 1541 - Naba Nakiem (ou Nakim) , surnommé " Nakiemb - zanga" - Fils de Niandfo et Tarbangdo

- 1541 - 1542 - Naba Namegué - Fils de Nakiem et Salabré; il est enterré à Ziniare

- 1542 - 1561 - Naba Kiba - Fils de Namegué et Timpogobi

- 1561 - 1582 - Naba Kimba - Fils de Kiba et Somsongré

- 1582 - 1599 - Naba Koabga ou Goabga- Fils de Kimba et Mindo (enterré à Zam, cercle de Zorgo)

- 1599 - 1605 - Naba Gurba (ou Guirga) - Fils de  Goabga et Nansoasda (enterré à Ouagadougou)

- 1605 - 1633 - Naba Zanna - Fils de Guirga et Tontvelobo (enterré à Ouagadougou)

- 1633 - 1659 - Naba Ouri (ou Oubi) - Fils de Zanna et Goudemenga

- 1659 - 1666 - Naba Motiba - (usurpateur) de race peulh, il était conseiller du Naba Ouri. Il aurait été empoisonné

- 1666 - 1681 - Naba Warga - Fils de Ouri et Tenkienga

- 1681 - 1744 - Naba Zombré - Fils de Warga et Sombangré

- 1744 - 1762 - Naba Kom I - Fils de Zombré et Habo

- 1762 - 1783 - Naba Sagha I - Fils de Kom I et Tiga 

- 1783 - 1802 - Naba Doulougou - Fils de Sagha I et Poko 

- 1802 - 1834 - Naba Sawadogo - Fils de Doulougou et Silmiga

- 1834 - 1842 - Naba Karfo - Frère du Naba Sawadogo et Fils de Doulougou et Konneyassa

- 1842 - 1850 - Naba Baongo I - Frère de Sawadogo et Karfo, Fils de Doulougou et de Narolebsom
                            (appelée aussi Dimtoulougou)

- 1850 - 1871 - Naba Koutou - Fils de Sawadogo et Bilkaboré

- 1871 - 1889 - Naba Sanem - Fils de Koutou et Tengandé

- 1889 - 1897 - Naba Boukari Koutou surnommé "Wobgho" - Fils de Koutou avec Hawa

- 1897 - 1905 - Naba Siguiri - Fils de Koutou et Dagnimi

- 1905 - 1942 - Naba Kom II - Fils de Siguiri et Zemnégnesgo

- 1942 - 1957 - Naba Sagha II (ou Saga II) - Fils de Kom II et Sanna

- 1957 - 1982 - Naba Kougri - Fils de Sagha II et Kourita

- 1982 - actuel - Naba Baongo II - Fils de Kougri et de Koudpoko

 


Naba Boukari d'après Binger

 

EN SAVOIR PLUS

 

- L'histoire traditionnelle des Mosse

- Intronisation du Mogho Naba (archives de l'INA)

- Histoire pré-coloniale

 

(Photos et aide de Gilles Decuignières)