Consulat du Burkina Faso de Nice

Objets traditionnels gourmantché

jeudi 11 mai 2017

 

 

LES OBJETS TRADITIONNELS GOURMANTCHE

 

Les objets traditionnels en Afrique de l'Ouest ont tous un fonds commun, mais chaque ethnie conserve sa spécificité..... au moins dans les désignations des objets.
Voici un "catalogue" des objets utilisés de manière traditionnelle en brousse dans la zone de l'Est du Burkina Faso, ethnie gourmancé, royaume du Gulmu.

 

QUOTIDIEN DE LA CASE

 

 

ou diegu : la concession - l'I dieli : la case

La meule communautaire au sein de la concession ou la meule individuelle : Li naali

 

La cuiller à faire le tô : li yali
U laalu : la spatule pour le tô

 


Calebasses (ki yiega) ouvragées à la pyrogravure
couvercle : ku pangu

 

Ecuelle en terre cuite pour mettre la sauce pour servir : ki sanga
calebasse : ki yiega
Ecuelle en bois taillé : li tali

 


La gourde (en calebasse) : li bagili
calebasses : ki yiega
Poterie suspendue servant à conserver le miel : li condili

 


Canari : li cuali
petits canaris : li cuali
poterie pour vendre le dolo (petit canari) : ki kuaga
 

 

Pilon : li tolanu et mortier : li tuoli
les femmes pilent le maïs


 

U fanu : foyer à trois pierres
Li bobilonli : la couscoussière

 

L'I pobili : la marmite
 

Le néré en train de sécher - à droite du tô de sorgho avec une sauce de feuilles de baobab
 


corbeille (pour transporter le mil ou servir d'égouttoir) : ku baabuogu

 


 

Poteries accrochées dans la case (pour mettre entre autre le tabac) : ki paadijuga

 

.

siège (bois + peau de chèvre) : kalika (sans genre particulier)
 

U kagu : la natte traditionnelle
U duanu : le lit

 

Le tabouret taillé d'une pièce : li kpagili
 


le banc

 

CHASSE

 

 

I diaga : piège pour les rats, les souris
Ou diagu : piège pour les grands animaux comme les lions

 

Tu cuadi : piège pour les oiseaux
 

L'I pkaanli : la lance - I piemi : les flèches
 

I piemi , li dabanli , ou pientuagu ( les flèches , l'arc , le carquois)
 

 

la maison d'un o fuaguudo : le pisteur

 


Pointes de flèches : i piemi


La chasse se fait à l’arc et flèches empoisonnées avec du venin animal : serpent ou scorpion  (l'antidote existe). On s’habille pour la chasse avec un costume (sorte de combinaison) jaune ou vert (suivant la saison) avec un masque de paille (mais actuellement cela ne se fait plus).

Les bons chasseurs étaient repérés lors de danses exclusivement dansées par les chasseurs. Les petits garçons pouvaient partir à la chasse dès l'âge de 10 ans.

 

 

AGRICULTURE ELEVAGE

 

 

 


ruches traditionnelles
Daba (à douille) : li kuuli
corde :Tu toandi (fibres pour tresser les cordes)

 

 la faucille : ku muaciegu ou ku koadigu (tout dépend des localités)
 

L'I pali( l'I senbili) : le grenier à grains
début de la saison pluvieuse : les paysans s'activent à coiffer leur grenier

 

i lansonli : panier pour transporter la volaille

 

L'I yandieli : l'enclos

 

 

ARTISANAT

 

Tu lugditiadi : le matériel de tissage traditionnel
 

.

U maagutiadi : la forge traditionnelle

I jugidigbandi : les soufflets
Mi jumu : les couteaux
 

I cuolonga  : la cloche du cheval

 

 

COUTUME

 


couteau de sacrifice : ki juga (prononcer "diouga")

Li butanli (le fétiche de la famille Tandamba) pierre où un sacrifice a été fait avec de la farine de mil
à droite fétiche mais sans sacrifice

Canettes i konmu bilan( littéralement les enfants des circoncis )

 

 

 

MUSIQUE ET DANSE

 


Petit tambour court : Ciani I longa

 


Petit tambour d'aisselle : Ciani I Longa

 

 

 


Tiantiangou : le tambour qui donne le rythme
ligoutili : le messager, le tambour qui parle
I Kupdili : le petit tambour qui donne le rythme du son

 


Li bendili : le bendre
instrument d'origine moaga adopté en pays gourmantché
à droite : Ou kogdigu, guitare traditionnelle à trois cordes

 

La peau des tambour vient de la chèvre car "la chèvre est un animal qui parle mais le mouton ne parle pas"

Il existe aussi les flûtes (à tige) : I yielga, mais on trouve de moins en moins de musiciens.
Le violon (rencontré surtout du côté de Bogandé) : le corps de l'instrument est fabriquée avec la peau des gueules tapées. Les cordes sont faites avec du crin de cheval. Le nombre de cordes n'est pas fixe mais variable.
 

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS

 

- Groupe facebook : "j'apprends le gulmancema"

 

(Photos. Soumana Natama - A. Chalamon) - Merci à la famille Tandamba du village de Sandikpenga et à "Django"