Consulat du Burkina Faso de Nice

Sabou - Le complexe de la mare aux crocodiles

vendredi 13 janvier 2017

 

 

SABOU

LE COMPLEXE DE LA MARE AUX CROCODILES

 

SABOU se trouve à une demi-heure de Koudougou, sur la route de Ouagadougou (RN1)
Plusieurs lignes de bus desservent Sabou depuis Ouagadougou.
tel (00 226) 25 44 55 01 ou 66 20 51 73
courriel : marecrosabou@yahoo.fr

site internet : http://www.campement-sabou.com
Le complexe se trouve en marge du village, au bout d'une voie pavée
L'accès à la restauration, bar, boutiques et jeux d'enfants est libre
la visite des crocodiles est payante.
L'ensemble appartient à la commune mais sa gestion a été laissée à l'association Wend-Kuni (association de personnes handicapées à Sabou) courriel : associationwendkuni@yahoo.fr

 

 

 

Les crocodiles sacrés de Sabou ont permis la construction d'un complexe touristique assez complet, alliant coutume, traditions, hébergement, restauration, promenade, jeux pour les enfants

 

Un enclos raconte l'histoire des crocodiles sacrés : un chasseur a été sauvé de la noyade par un crocodile, qui lui a en plus indiqué un point d'eau potable. Le chasseur a transmis à sa descendance le respect et la vénération des crocodiles.

Naguère, les crocodiles se trouvaient à 5 km du village dans une mare devenue trop petite ; les villageois ont demandé au Naaba Yemdé (qui veut dire "hippopotame") de faire un barrage pour faire venir les crocodiles. D'où la présence de près de 200 crocodiles dans cette grande mare qui fait environ 3 km de long. Ce sont les mêmes crocodiles qu'à Bazoulé.

La mare n'est jamais à sec, même en 2001 où la sècheresse avait posé de nombreux problèmes de manque d'eau. On y pêche des carpes, des macherons et des silures. Derrière la digue (reconstruite en 2014 par le Ministère du tourisme), un bas fond permet la culture du riz.

 

 

Les liens entre crocodiles et villageois est très fort ; un crocodile qui décède a les mêmes funérailles qu'un homme. Une fois par an, le chef décide d'une date pendant la saison sèche, pour faire des sacrifices pour ces animaux sacrés.

Ils ne sortent jamais de la mare, sauf les femelles qui pondent leurs oeufs souvent dans les poubelles familiales. On note 20 à 30 naissances par an ; les pertes sont très réduites car il n'y a pas de prédateurs.

 

Au bord de la mare, un campement a été installé avec 7 chambres et des bungalows équipés (coût : entre 5000 et 10 000 francs).

 

Des constructions rappelant la culture traditionnelle ont été rajoutés : ici la cuisson du dolo et la meule traditionnelle.

 

Les échoppes sont louées par la mairie de Sabou et occupées par des associations locales : "un métier, des outils" ou bien "association Faag Taaba".... toutes ces associations présentent des objets d'artisanat traditionnels fabriqués à Sabou, et s'occupent de réinsertion et formation de jeunes.

 

Un espace enfants est proposé librement à l'entrée du complexe

(Photos. A. Chalamon)