Consulat du Burkina Faso de Nice

La santé au Burkina Faso

mercredi 29 août 2012

Le Burkina Faso est un pays à fortes endémies mais avec un faible équipement médical ou chirurgical. Si les infirmiers, médecins, chirurgiens présents ont une solide formation ; ils ne sont pas assez nombreux et la plupart du temps, sous-équipés. Les diverses associations ou ONG aident très volontiers le Burkina Faso dans sa volonté de soigner les populations ; mais cela se fait souvent sans concertation : certaines régions sont mieux servies que d'autres, du matériel ou des médicaments parviennent dans des centres qui ne pourront pas forcément les utiliser etc...

D'ici 2015 : la méningite et la polio seront des problèmes en voie d'être réglés. Mais de gros problèmes se posent au niveau du diabète et du cancer : le Burkina Faso ne pourra pas s'en sortir sans l'aide internationale.

 

LA DGPML

 

Afin d'éviter les gâchis : des médicaments inutiles ou inconnus vont pourrir dans un coin, les trafics (certains médicaments ou petits matériels sont détournés et revendus sur les marchés), les inégalités (entre une région qui bénécifie d'aide de pays étrangers, par rapport à une autre totalement dépourvue), la DGPML (Direction Générale de la Pharmacie, du Matériel et des Laboratoires) a établi des dossiers listant les besoins en pharmacie et en matériel des différentes structures médicales du pays avec les différentes destinations souhaitables.
La DGPML tente également de réduire les trafics et les inégalités en centralisant à Ouagadougou les gros envois (conteneurs entiers de médicaments ou matériels médicaux) afin de les redistribuer dans les districts puis dans les structures médicales. Une traçabilité des envois a été mise en place, de manière à ce que le donateur puisse exactement savoir où ses différents colis ont pu adressés.

 

LES DIFFERENTES STRUCTURES MEDICALES

 

Quatre structures médicales existent sur le territoire burkinabè : elles ne recouvrent pas les mêmes réalités et donc ne peuvent bénéficier du même matériel ou des mêmes médicaments.


  1. CSPS : Centre de Santé et de Promotion Sociale. Il s'agit de ce qu'on appelle communément les dispensaires de brousse. Présents dans les gros villages et petites villes; ils sont dépourvus de médecins, dirigés par un infirmier diplômé, aidés d'infirmiers correspondant à nos aide-soignants. Ce sont eux qui ont le plus de contact avec la population en brousse.
  2. CM : Centre Médical. Présents dans les villes de moyenne importance, ils sont dirigés par un médecin aidé d'infirmiers. Les dispensaires de brousse envoient leurs patients dans ces centres médicaux dès lors qu'un problème devient grave ou dépasse leurs compétences.
  3. CMA : Centre Médical avec Antenne Chirurgicale. Présents dans les grandes villes, outre des médecins, ces centres ont un ou plusieurs chirurgiens.
  4. Centres Hospitaliers : Présents dans les capitales : Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Ouahigouya.. Ils sont peu nombreux. Certains comportent une école de Santé et des centres de recherche.


LES DOSSIERS

  1. Liste des médicaments : la liste a été établie en 2007. Les médicaments sont désignés sous la dénomication commune internationale (termes génériques). A droite figurent quatre colonnes correspondant aux différentes structures médicales permettant de cibler les destinations. Cette liste est officielle, y compris pour la douane : elle est exemptée de taxes douanières.
  2. Liste des besoins en matériels médico-techniques pour les CMA. (Centre médicaux avec antenne chirurgicale).
  3. Liste des besoins en matériels médico-techniques pour les CSPS (Centre de Santé et de Promotion Sociale). Les chiffres des besoins sont uniquement indicatifs.

 

- L'envoi de médicaments est soumis à des règles très précises. En savoir plus

 

 


Le ministère de la Santé accorde une très grande importance à la traçabilité des dons reçus en matière de matériel médical et médicaments. Ici en février 2008, des conteneurs sont solennellement reçus à la DGPML à l'Hôpital Général deYalgado par le Ministre de la Santé, Monsieur Alain Yoda, Madame l'Ambassadeure des USA (un des pays donateurs) et le représentant de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour le Burkin a Faso. En bas à droite : l'équipe de la DGPML, dirigée par le Docteur Compaoré (au centre).

Egalement...