Consulat du Burkina Faso de Nice

Wana Wana : mission octobre 2011

lundi 07 janvier 2013

 

Octobre 2011, après une mission annulée au printemps 2011 pour cause de troubles dans le pays, c'est le mois d'octobre qui accueille Lika Lika à Bonsrima.
Cette fois-ci, ce dernier n'est pas venu seul mais accompagné d'une personne du Consulat du Burkina Faso de Nice, invitée pour trois jours afin de constater tout le travail fait par l'association Wana Wana.

 

 

 

 

PORTRAITS

 

Tout ce travail ne peut se réaliser qu'avec une solide équipe sur place à Bonsrima. Difficile de les citer tous mais voici quelques personnes incontournables...

 

.
En premier lieu le Baloum Naaba avec ses fils Léonard et François de Salle, A droite Issaka

 

..

Bobo Naaba, Mamounata conseillère municipale, Idrissa  et Antoine conseiller municipal...... et bien d'autres qui travaillent bénévolement au développement de leur village..

 

 

REMISES SOLENNELLES

 

Lundi 24 octobre matin, c'est la remise des cadeaux à l'ombre des grands arbres de l'école de Bonsrima. Tous les officiels sont présents ; les femmes appellent à se réunir en dansant le Kigba.
Après toutes les salutations d'usage, Lika Lika prend le temps d'expliquer le but de chaque élément remis : 


- Remise d'un squelette à l'école de Bonsrima, mais avec mission au dispensaire de s'en servir afin de sensibiliser la population aux multiples problèmes médicaux dont celui des grossesses précoces

 

- 16 rouleaux de 25 mètres de grillages seront remis au groupement de femmes pour leur maraîchage. 5 fours économes fabriqués dans de grands seaux de peinture, destinés aux femmes également. Un téléphone portable a été remis à Mamounata, présidente du groupement des femmes, afin que les communications soient plus simples avec l'association française et les responsables locaux.

 

- Wana Wana a construit des WC au centre du village avec mission d'installer un tableau d'affichage sur un des murs du petit bâtiment afin d'y afficher des informations diverses, dont le calendrier des marchés, mis au point par l'association. Le calendrier et trois bouilloires ont été remis ce jour-là

 

- Deux ballons de foot ont été confiés un à l'école, l'autre à l'équipe de foot

 

- Le CSPS (dispensaire) n'a pas été oublié avec un lot de bandes velpeau, masques jetables et vêtements médicaux

 

- Chaque responsable religieux s'est vu doté d'une enveloppe de 15 000 f pour leurs oeuvres sociales

 

- 20 chaises ont été fabriquées à Ouagadougou avec l'inscription "wana". Elles sont destinées à la location (20 f / chaise) pour toutes les réunions organisées sur le village. Deux fauteuils ont également été commandés.

 

- Remise d'un pin's de cycliste à Moïse, coureur cycliste local. C'est surtout lui qui figure en photo sur l'affiche du marché africain organisé par Wana Wana en France en juillet 2011.

 

- Remise au Conseiller municipal de dossiers ; l'un sur les "72 heures du poulet " à Pô, l'autre sur  AZN et la ferme-pilote de Guié où une visite de jeunes paysans de Bonsrima est prévue prochainement.

 

- enfin la remise solennelle d'une daba pyrogravée à la responsable du site du Consulat venue en visite pour des trois jours.

 

Vient ensuite le temps des questions et des débats :


- Souhait de la construction d'un CEG ; les enfants se rendant à une demi heure de route (Kombissiri) mais comment Wana Wana pourrait s'associer à ce projet coûteux ?
- Souhait également d'un véhicule ambulance  pour le dispensaire ; mais qui s'en occuperait et avec quels fonds ?
- Projet d'une table de séchage pour la savonnerie du groupement des femmes ; mais que faire pour le local ?
- Projet d'acheter un animal de trait tirer la kassine (charrue) du groupement des femmes : âne ou boeuf ? Qui va s'en occuper ?
- Les WC construits dans le centre du village sont dotés de trois cabines : celles-ci doivent-elles être attribuées aux femmes, enfants et hommes ? ou bien rester indifférenciées ? Selon la fréquentation, un urinoir sera peut être aménagé.

 

Chacun y va de son avis, ponctué de phrases clefs par Lika Lika : " Quand Lika Lika fait un pas, Wana Wana fait un pas et Bonsrima doit faire un pas " immédiatement traduites en mooré afin que chacun en comprenne le sens.


Chaque année, l'association Wana Wana et  les responsables de Bonsrima,choisissent une phrase, un proverbe, qui sera martellé chaque jour, dans tous les discours, dans tous les accords trouvés ensemble, scandé en cadence avec les enfants, afin de bien faire comprendre le sens profond de ces mots ...
Les années précédentes les phrases portaient sur des sujets divers : " Protéger l'Environnement ". " L'enfant dépasse son Père " ; cette année l'équipe a choisi " L'union fait la force " : " Lagm Taaba wata nee panga "

 


Lika Lika, les traducteurs, les auditeurs

 


Exposition des cadeaux remis : 20 chaises,  5 fours économes...

 


Le fameux squelette avec son étiquette collé au front " mam yourla Wana Wana " (je m'appelle wana wana), le groupement des femmes et les chefs religieux

 


Antoine le conseiller municipal, Annelise du Consulat du Burkina Faso sa traductrice et le Bobo Naaba,  Président du Comité de Développement  du village pour une chaîne entre tous afin de concrétiser la phrase de l'année : " L'union fait la force "

 

 

GROUPEMENT DES FEMMES " Noong Taaba "

 

La visite au maraîchage.....
La culture des aubergines violettes tire à sa fin après une bonne saison ; les femmes binent le sol afin de repiquer les semis d'oignons. Elles installeront ensuite le grillage donné par l'association Wana Wana en remplacement des plants d'épineux qui bordent leur champ. L'irrigation est en cours d'installation avec des tuyaux donnés par Wana Wana et une pompe offerte par une autre association. L'eau est pompée directement au barrage tout proche.

Lika Lika propose aux femmes et au Conseiller Municipal l'idée de développer sur le champ mitoyen des plantations d'arbres fruitiers : papayer, citronnier, tangelo.... Idée que les femmes trouvent intéressantes, d'autant plus que le champ pourrait bénéficier de l'irrigation du maraîchage.... L'idée est lancée, le projet doit maintenant être réfléchi, débattu et chiffré...

 

 

Le maraîchage et les semis d'oignons au bord du barrage ; les femmes s'y rendent en vélo

 

 

Un autre groupe de femmes est installé au coeur du village dans un bâtiment initialement destiné à être une pharmacie villageoise. Les femmes y fabriquent des savons de karité de bonne qualité qu'elles vendront au marché.
La question se pose au sujet du bâtiment ; à qui appartient-il ? Peut-il leur être octroyé de manière plus définitive ? Auquel cas, l'association Wana Wana pourrait aider le groupement à l'aménager avec table de séchage et petite boutique... Projet à suivre..

 

L'association Wana Wana joue les banquiers. Lika Lika prend l'habitude à chaque voyage de se rendre dans une banque ouagalaise, changer une somme importante en francs CFA avec des pièces et des billets neufs. En effet, l'argent circule très mal ; la monnaie manque terriblement et les billets et pièces s'usent sans jamais être renouvellés.

Une après-midi, Lika Lika s'installe avec sa malle, les femmes vont, viennent, discutent... et changent leur argent ; les unes échangent leurs pièces contre un billet, les autres préfèrent avoir de la monnaie afin de pouvoir vendre leurs légumes "plus commodément" au marché .
Ce service - qui ne coûte rien à l'association - rend de multiples services dans le village, et notamment de renouveler ces billets et pièces, à la grande joie des destinataires qui s'extasient devant la brillance des pièces et le craquant des billets tout neufs

 

LOTO A L'ECOLE

 

Comment allier la Provence et le Burkina Faso ? Par le  loto pardi !
L'association Wana Wana a fabriqué des cartons de lotos, les chiffres ont été faits en récupérant des capsules de bières ou de sodas avec des étiquettes à l'intérieur..... Et voici une classe de CM2, ravie de jouer durant une matinée.

Jeu solidaire, il permet de gagner des lots (cahiers, stylos, balles, canif,...), mais là où l'affaire se corse, c'est que le gagnant ne gagne pas seul : pafois il fait gagner ses voisins, une autre fois il fait gagner ses grands frères, une autre fois encore,  celui qui n'a aucune capsule sur son carton rafle la mise.....
Les enfants sont ravis de ce jeu. La prochaine fois, l'affaire risque d'être plus compliquée : il est question de donner le cadeau à celui qui saura rapidement donner l'addition de ses point acquis....

 

 
Distribution des cartons : les enfants sont habitués, ils avaient déjà joué l'an passé

 


Albert surveille les chiffres sortis : attention, il est infaillible !

 

INAUGURATION DES WC

 

L'association Wana Wana a fait construire des WC pour le centre du village, ils serviront à la fois pour le marché (qui se déroule tous les trois jours et regroupe prèsde 4 000 personnes),  mais également pour tous ceux qui vivent au Centre de Bonsrima car il n'y avait jusqu'à présent aucune fosse d'aisance organisée pour eux.

" La terre est notre santé " : tel est le mot d'ordre lancé pour bien faire comprendre que la santé passe par une hygiène simple mais rigoureuse.

Aucune pancarte ne mentionnera l'auteur du bâtiment : tout le monde à Bonsrima sait que les WC ont été construits par Wana Wana, mais un panneau d'affichage municipal sera installé sur le mur aveugle afin de donner des informations dont le calendrier des marchés sur toute l'année.
 

 


3 Bouilloires, 1 calendrier... il ne manque plus que les 3 balais... et les WC peuvent fonctionner

 


Symboliquement, une femme un enfant et un homme inaugurent les toilettes... avant de se retrouver au maquis voisin

 

 

... ET LES ENFANTS...

 

 

Omni présents tôt le matin, jusqu'à tard le soir, la maison est envahie d'enfants curieux et drôles avec qui nul n'est besoin de parler mooré.

Comment oublier ces rires étonnés devant ces blancs aux drôles d'habitudes, ces "la la la", ces jeux de claquements de mains et ces regards intenses pendant des heures comme s'ils voulaient se remplir de la présence des amis.......

 

 

 

 

 


Comment  apprendre à siffler avec ses doigts.. A droite le dialogue avec les enfants passe par de claquements de mains de plus en plus rapides

 


En attendant le poulet grillé, les petites filles font une démonstration de warba

 


" Attention ! " vous dit ce garçonnet,
sans doute le seul mot en français qu'il connaisse

 

Lagm Taaba Wata Nee Panga

 

Retour à la page principale

 

(Photos A. Chalamon)