Consulat du Burkina Faso de Nice

Le coton - filer le coton

jeudi 23 août 2018

LE COTON  : DU CHAMP AU PAGNE

 

 

FILER LE COTON

 

Le coton brut - une fois récolté - est acheminé dans les trois usines principales de traitement du coton au Burkina Faso :
SOFITEX dans l'Ouest du Burkina Faso,
Faso Coton à Ouagadougou,
SOCOMA dans la région Est.
Si la majeure partie de la récolte part à l'exportation, une partie reste pour être filée dans la principale entreprise de filage : FILSAH à Bobo Dioulasso et une partie non négligeable reste à la vente pour les groupements de femmes tisserandes.

 

Le fil brut (couleur blanc cassé) se trouve facilement en vente en écheveau dans les marchés ; mais la tradition du fil fait à la main perdure dans de nombreux endroits (Bobo Dioulasso, chez les Bwaba à Dedougou, chez les Gourmantché à Fada n'Gourma dont sont issues ces photos).

Filer soi-même n'est pas très rentable car c'est assez long, mais cela évite d'aller acheter les écheveaux au marché et fait perdurer une habitude apprise de mère en fille.

 

La technique est la même qu'en occident pour traiter le fil de laine de manière traditionnelle :

 

- Egréner le coton
- laver le coton
- carder le coton
- filer le coton à la quenouille

 


Carder le coton à la main avec deux planches de bois avec manche, le plat de la planchette est recouverte d'une bande rugueuse qui va retenir le coton, en grattant l'une contre l'autre, cela agit comme un peigne et va lisser le coton.

 

 

Le coton brut est alors pris et la tisserande va le torsader avec une quenouille ;
le geste est rapide et sûr. Ces femmes ont l'habitude est le fil est très régulier

 

 

 

Voici le fil déjà prêt à être tissé, le coton brut et la quenouille. A droite un écheveau teint en beige



Les navettes avec le fil, prêts pour le métier à tisser

 

 

(Crédit photos : sur la page principale)
Photos prises à la "Grâce du Gulmu" à Fada n'Gourma

Retour à la page principale